L'histoire de Audi

Après l’Italie avec Alfa Romeo et l’Angleterre avec Aston Martin, c’est en Allemagne que nous partons aujourd’hui, pour découvrir ce qui se cache derrière le symbole d’Audi

Beaucoup d’entre vous le savent déjà, les 4 anneaux représentent d’anciennes marques allemandes, qui en se regroupant, ont donné vie à ce géant de l’automobile. Mais regardons en détail comment la célèbre firme allemande a vu le jour.

Pour cela, nous repartons en 1899 en Allemagne, où un certain August Hörch créa son entreprise, logiquement baptisée Hörch & Co.

En quelques années, des problèmes de gestion commerciale poussent August Hörch à quitter son entreprise et à en fonder une autre.

Voulant toujours produire des voitures sous son nom, il utilise la traduction latine de son nom de famille… soit Audi ! Le nom est déposé dès 1910. Après la guerre, une période de récession pousse plusieurs constructeurs à s’allier dès 1932 pour survivre. Ils sont au nombre de 4 : Audi, Hörch, DKW et Wanderer AG.

Petit retour rapide sur ces constructeurs :

DKW (pour Dampf-Kraft-Wagen, ou véhicules mus par la vapeur), a été fondée en 1917 par Jörgen Skafte Rasmussen. L’entreprise est surtout connue pour sa P15, petite voiture motorisée par un moteur 2 temps ( !), mais surtout pour ses motos produites jusqu’en 1958, dont la 125 qui servira de modèle à la première Yamaha !

Chez Wanderer AG, entreprise fondée en 1899 par Winklhofer et Jaenicke, on produit également des motos et des voiturettes, dont le plus gros succès sera la Puppchen, soit la poupée, voiture produite entre 1917 et 1927.

Hörch peut être considéré comme un véritable pionnier de l’automobile. Il créa dès le début du XXème siècle des voitures technologiquement avancées, plus encore que Mercedes et Benz ! (A l’époque, les 2 constructeurs étaient indépendants.) Hörch restera comme un constructeur de voiture de luxe et puissantes, on reconnaît déjà la les germes d’Audi…

Cependant, les paris technologiques pris à l’époque par Hörch le poussent à se restructurer assez souvent. Il quittera d’ailleurs son entreprise, débouté par le comité directeur !

Peu importe pour Auguste Hörch, c’est ainsi qu’Audi est né ! Mais cette nouvelle marque ne restera pas indépendante très longtemps. En 1932, Rasmussen se fait l’artisan de l’union entre les 4 constructeurs. Auto Union est né, et avec, le logo des 4 anneaux qui est le symbole du rapprochement des marques.

L’état économique catastrophique de l’Allemagne d’après guerre ne permet au groupe que de produire des véhicules 2 temps. La production de véhicules luxueux reprend en 1964, après le rachat par Volkswagen.

En 1969, une autre marque fait son apparition dans le groupe : NSU (pour NeckarSUlm, ville allemande où sont produites les NSU). Cette entreprise, fondée en 1873 à Riedlingen, produisait des vélos, des motos puis des voitures à partir de 1901.

Auto Union fusionne donc avec NSU, pour former le groupe Audi NSU. C’est ensuite en 1985 que nous retrouvons un logo Audi « moderne », qui finira par se moderniser en 1995, et les 4 anneaux sont toujours présents !

Ce qui d’ailleurs est le meilleur hommage à rendre aux pionniers du début du siècle, qui seraient fiers de voir un si brillant héritage aujourd’hui !

Audi est un constructeur automobile allemand, filiale du groupe Volkswagen AG. Le nom officiel de l'entreprise est Audi AG, et son siège social se situe à Ingolstadt en Bavière

La marque Audi est en réalité un sigle qui signifie Auto Union Deutsche Industrie (traduction : Groupement de l'industrie automobile allemande). Le nom provient également du latin audi (impératif de audire : entendre). Ce nom de marque est un jeu de mots avec le nom du fondateur, August Horch (impératif de horchen: entendre). Avec l'esprit audacieux qui est le sien, August Horch donne naissance à Audi en 1909, qui fait depuis figure de nos jours, de marque de voitures

Audi est un constructeur automobile allemand, filiale du groupe Volkswagen AG. Le nom officiel de l'entreprise est Audi AG, et son siège social se situe à Ingolstadt en Bavière

 

La marque Audi est en réalité un sigle qui signifie Auto Union Deutsche Industrie (traduction : Groupement de l'industrie automobile allemande). Le nom provient également du latin audi (impératif de audire : entendre). Ce nom de marque est un jeu de mots avec le nom du fondateur, August Horch (impératif de horchen: entendre). Avec l'esprit audacieux qui est le sien, August Horch donne naissance à Audi en 1909, qui fait depuis figure de nos jours, de marque de voitures 

Fondation

Alors que la firme A.Horch & Co. Motorwagen Werke fondée 1889 connait un certain succès, Horch est brusquement évincé en juin 1909, de la direction de la société qui porte son nom. En désaccord avec le directeur commercial et en minorité au conseil d'administration, Horch doit quitter l'entreprise. Néanmoins, soutenus par de nombreux ouvriers, il fonde la même année une autre société, dénommée « August Horch Automobil Werke » dont les usines et le siège social sont également à Zwickau en Saxe, tout près de la firme A.Horch & Co. Motorwagen Werke. La quasi homonymie des deux entreprises concurrentes, voire rivales, débouche finalement à une mise en demeure du tribunal de Leipzig, obligeant August Horch à changer le nom, qui devient donc « Audi Automobilwerke GmbH »[1]

Le modèle phare d'Audi à l'époque est la « 14/35 HP », produite de 1912 à 1921. Ce modèle qui dispose d'un excellent rapport poids/puissance connait, dans sa version course, l'Alpensieger, de nombreux succès sportifs[2]. D'ailleurs, Audi et Mercedes sont les deux grands équipes dans le sport automobile. La présence personnelle et constante de Horch permet à l'entreprise de se développer et de connaitre une période de grands succès. Génie reconnu de la mécanique tout comme Ferdinand Porsche, Horch réussit à allier au succès technique de ses voitures, une participation assidue aux compétitions tant comme conducteur et entraîneur d'une équipe de pilotes dont font d'ailleurs partie ses propres ingénieurs[1]. Il unit à ces qualités celles de constructeur sérieux et d'excellent ingénieur, profitant largement à la réputation d'Audi. À un journaliste qui lui en fait la remarque, il répond : « Certainement, dommage cependant que je ne sois pas aussi doué pour les basses intrigues des conseils d'administration ».[réf. nécessaire]

De 1911 à 1914, la société Audi participa à la Coupe des Alpes, alors terrible course d'endurance de 2 400 km qu'elle remporta trois années de suite, en 1912, 1913 et 1914. Même le simple fait de ne pas avoir eu de pénalisations en 1911 fut ressenti comme une première victoire et donna à Audi son image de constructeur sportif

Les années de relance qui suivent la Première Guerre mondiale poussent Horch à s'engager dans la voie de l'automobile utilitaire en introduisant dans sa gamme le modèle « G 8/22 HP », dont le projet fut étudié en 1914. Étant donné le succès mitigé que connait la voiture, la société de Horch s'oriente à nouveau vers les voitures de luxe imposantes et très chères. Cependant, le marché s'évanouit si bien que la dépression économique de 1929 plonge l'entreprise dans une série de problèmes financiers[1]

 

Logo de la firme Auto-Union

 

En 1928, Audi rencontre des difficultés financières et est repris par DKW, un ancien constructeur automobile allemand. Lors de la répartition des tâches, la production de modèles de prestige est dévolu d'emblée à la société Audi, dépositaire de cette tradition. Bien que étrange, la société Audi conserve son nom et n'appose par la marque DKW sur les modèles produits. Comme beaucoup d'autres constructeurs allemands de l'époque, les productions et licences américaines s'immiscent chez DKW et Audi.

 

L’histoire des emblèmes de l’automobile : Audi

 

Le logo : quatre anneaux entrecroisés


 

 

Les quatre anneaux symbolisent la fusion en 1932 de quatre constructeurs allemands (Horch, Audi, DKW et Wanderer) sous la marque Auto Union. Auto Union renaît en 1949 mais ne produit que des DKW à moteur deux-temps jusqu'en 1965, date de la reprise du groupe par Volkswagen. À ce moment, Auto Union lance une nouvelle gamme de voitures modernes à moteur quatre-temps, baptisées Audi, dont les calandres sont ornées des anneaux. Après la fusion d'Auto Union et de NSU en 1969, le groupe prend l'appellation Audi-NSU-Auto Union et conserve les quatre anneaux entrecroisés. Depuis 1985, date de la fondation du groupe Audi, si les anneaux figurent toujours sur les calandres et symbolisent la marque, ils se sont vus doubler d'un sigle Audi (lettres blanches dans un ovale rouge)


 

 

Les grandes dates

1899 : Auguste Horch fonde la société "Horch et Cie", chargée de la préparation et de la transformation de véhicules à moteur

1901 : Horch sort sa première automobile

1909 : Auguste Horch est "invité" par les actionnaires à quitter son entreprise. Il fonde alors l'"August Horch Automobilwerke".

1910 : une décision judiciaire l'oblige à rebaptiser sa société. Il choisit de remplacer son nom, Horch par la traduction latine de celui-ci : Audi (écoute)

 

1911 : la production des premières Audi débute : Type A (22 ch), Type B et Type C (35 ch). Au volant de l'une de ses voitures, Auguste Horch enlève la première édition de la Course des Alpes autrichiennes.


1923/28 : lancement de modèles Audi haut de gamme à moteurs 6 et 8 cylindres. En période de crise, ils se vendent mal et la société affronte de graves problèmes de trésorerie.

1929 : J.-S. Rasmussen, président de DKW, acquiert la majorité des actions de Audi.

1932 : naissance de Auto Union, qui regroupe les quatre constructeurs Audi, DKW, Horch et Wanderer

1933 : lancement du premier modèle commun, l'Audi Front, une traction avant combinant un moteur 6 cylindres Wanderer, la traction avant DKW et un châssis Audi.

1934 : le professeur Porsche élabore l'Auto Union Grand Prix à moteur arrière V16.

1945 : la société Auto Union est démantelée, la plupart des usines détruites par les bombardements et quelques unités de production, à l'Est, passent sous contrôle soviétique. C'est ainsi que naîtront, en RDA, les Trabant et autres Wartburg à moteur deux-temps, d'origine DKW.

1946 : un dépôt central de pièces de rechange Auto Union est installé à Ingolstadt.

1949 : après l'obtention d'un crédit bancaire d'1 million de marks, la nouvelle société Auto Union GmBh est fondée le 3 septembre. La production reprend avec le lancement d'une fourgonnette et de motos DKW.

1950 : reprise de la production automobile avec la petite berline DKW F89 à moteur bicylindre deux-temps.

1953 : lancement du modèle DKW F91 à moteur 3 cylindres, deux-temps.

1958 : Daimler Benz acquiert 88 % des actions de Auto Union. Arrêt de la production des deux-roues et mise en chantier d'une usine moderne à Ingolstadt.

1959 : lancement de la DKW Junior, qui deviendra l'une des voitures les plus vendues de sa catégorie (750 cm3).

: lancement de la DKW Junior, qui deviendra l'une des voitures les plus vendues de sa catégorie (750 cm3).

1964 : doublement du capital ; Volkswagen reprend le capital augmenté et acquiert par ailleurs les parts de Daimler-Benz.

1965 : lancement de la première voiture à moteur quatre-temps sous la marque Audi ; dans le même temps, plus de 60 000 Coccinelle sont assemblées à Ingolstadt.

1969 : Fusion de NSU avec Auto Union et naissance du groupe Audi-NSU-Auto Union, dont Volkswagen est l'actionnaire majoritaire.

1973 : la millionième Audi, depuis la reprise de la production en 1965, sort des chaînes.

1976 : innovation dans l'histoire de l'automobile, avec la production en série du premier moteur 5 cylindres en ligne.

1977 : arrêt de la production des modèles NSU.

1985 : le groupe Audi-NSU-Auto Union devient Audi AG.

1988 : Ferdinand Piech est nommé président d'Audi.

 


Tous les modèles

1965-68 : Audi 70, berline 2/4 portes et break "Variant", 4 cyl., 1 696 cm3, 72 ch.

1966-68 : Audi 80, berline 2/4 portes et break "Variant", 4 cyl., 1 696 cm3, 80 ch.

1968-72 : Audi 60, berline 2/4 portes et "Variant", 4 cyl., 1 496 cm3, 55 ch.

1968-72 : Audi 75, berline 2/4 portes et "Variant", 4 cyl., 1 696 cm3, 75 ch.

1966-71 : Audi Super 90, berline 2/4 portes, 4 cyl., 1 770 cm3, 90 ch.

1968-76 :
Audi 100, berline 2/4 portes, 4 cyl., 1 588 et 1 760 cm3, 80/90/100 ch.

1970-76 : Audi 100 Coupé S 4 cyl., 1 760 puis 1 871 cm3, 115 ch.

1972-77 : Audi 80, berline 2/4 portes, 4 cyl., 1 297 et 1 471 cm3, 55/75 et 85 ch.

1973-77: Audi 80 GT, 2 portes, 4 cyl., 1 588 cm3, 100 ch.

1974-77 :
Audi 50, 2 portes + hayon, 4 cyl., 1 093 cm3, 50/60 ch.

1976 : nouvelle gamme Audi 100, 4 cyl., 1 588 cm3, 85 ch et 5 cylindres, 1 921 cm3, 85 ch et 2 144 cm3, 115/136 ch, et diesel 5 cyl., 1 966 cm3, 70 ch.

1978-85 : nouvelle gamme Audi 80, 4 cyl., 1 272 et 1 588 cm3, 55/75/85 et 110 ch.

1979 : Audi 200, 5 cyl., 2 144 cm3, 136 ch et 170 ch (turbo).

1980 : présentation au salon de Genève du coupé Quattro, 5 cyl., 2 144 cm3, 200 ch, 4 roues motrices ; en septembre, lancement de l'Audi Coupé 5 cyl., 1 921 cm3, 115 ch et 2 144 cm3, 130 ch.

1981 : présentation de l'Audi 80 turbodiesel (4 cyl., 1 588 cm3, 70 ch) et de la 80 CD (5 cyl., 1 921 cm3, 115 ch).

1982 : lancement de la 80 Quattro, 5 cyl., 2 144 cm3, 136 ch et de la 80 GTE (4 cyl., 1 781 cm3, 112 ch) ; présentation de la nouvelle gamme Audi 100 : 4 cyl., 1 781 cm3, 75 ch et 5 cyl., 1 921 cm3, 100 ch ; et en diesel 2 144 cm3, 136 ch, 1 986 cm3, 70 ch.

1983 : présentation du break 100 Avant et de la Quattro "Sport" 5 cyl., 2 226 cm3, 300 ch (220 exemplaires) ; lancement de la berline 100 Quattro (5 cyl., 2 225 cm3, 136 ch).

1984 : présentation au salon de Paris de l'Audi 90, 5 cyl., 1 994 cm3, 115 ch et 2 226 cm3, 136 ch, et du break 100 Avant Quattro (136 ch).

1985 :
lancement de la 90 Quattro (136 ch), de la 200 Quattro (5 cyl., 2 225 cm3, 182 ch) et du Coupé GT Quattro (2 225 cm3, 136 ch).

1986 : lancement de la nouvelle gamme Audi 80, 4 cyl., 1 595/1 781/1 847 cm3, 75/90/112 ch ; diesel 1 588 cm3, 54 ch et TD 80 ch ; 80 Quattro (1 721/1 847cm3, 90/112 ch).

1987 : nouvelle gamme Audi 90, 5 cyl., 1 984/2 225 cm3, 115 et 136 ch ; 90 Quattro (136 ch).

1988 : lancement de la 90 Quattro 20 V (20 soupapes), 5 cyl., 2 309 cm3, 170 ch, puis du Coupé 80/ 90, 1 984 cm3, 113 ch et 2 309 cm3, 136 ch) et Quattro 20 V (170 ch).

1989 : présentation de l'Audi V8, 3 562 cm3, 250 ch, 4 roues motrices ; nouvelles versions 200 Quattro Turbo 20 V et Coupé Quattro 20 V (220 ch) ; première motorisation TDI pour la gamme 100 (5 cyl., 2 460 cm3, 120 ch).

1990 : présentation du Coupé S2 Quattro (5 cyl., 2 225 cm3, Turbo, 220 ch). Nouvelle génération Audi 100 : 4 cyl., 1 984 cm3, 115 ch ; 5 cyl., 2 309 cm3, 133 ch et S4, 230 ch ; V6, 2 771 cm3, 174 ch.

1991 : présentation de l'Audi "Cabrio" (5 cyl., 2 309 cm3, 136 ch), refonte de la gamme 80, 4 cyl., 1 984 cm3, 90/115 ch ; 5 cyl., 2 309 cm3, 133 ch ; V6, 2 771 cm3, 174 ch ; TD et TDI, 1 896 cm3, 75/90 ch.
Déclinaison Quattro pour 2.0/2.3 et 2.8. Moteurs V6, 2.8 pour Coupé et Cabrio en fin d'année. Lancement des breaks 100 Avant.

1992 : nouveau moteur 4 172 cm3, 280 ch pour l'Audi V8 et l'Audi 100 S4.

1993 : lancement de la gamme 80 break Avant.

1994 :
présentation de la gamme Audi A6 ; 4 cyl., 1 984 cm3, 115 ch ; 5 cyl., 2 225 cm3, 174 ch ; V6, 2 598 et 2 771 cm3, 150/174 ch ; 1.9 et 2.5 TDI (90/140 ch) ; V8, 4 172 cm3, 230 ch. Remplacement de l'Audi V8 par la gamme A8, V6, 2 771 cm3, 174 ch, puis 193 ch et V8, 4 172 cm3, 300 ch.

1995 : la gamme A4 succède à la série 80 ; 4 cyl., 1 595/1 781 cm3, 101 ch/125 ch et turbo 150 ch ; V6, 2 771 cm3, 174 ch. Nouveau V8, 3 697 cm3, 230 ch pour l'Audi A8.

1996 : lancement des versions A4 break Avant et 1.9 TDI (110 ch) ; de la berline S6 (5 cyl., 2 226 cm3, turbo 230 ch et V8, 4 172 cm3, 290/326 ch). Présentation en octobre de l'Audi A3, 4 cyl., 1 595/1 781 cm3, 101/225 ch et 1.9 TDI 90/110 ch.

1997 :
version V6 TDI, 150 ch pour l'A6 et l'A8 ; lancement de la S8 : V8, 4 172 cm3, 340 ch.


1998 : version 2.5 TDI pour l'A4 et lancement de la S4 (V6, 2 671 cm3, biturbo, 265 ch. Présentation du Coupé Audi TT (1.8 turbo, 179 ch).

1999 :
lancement de la S3 (1.8 turbo, 210 ch) et du Coupé TT Quattro (1.8 turbo, 224 ch) ; présentation du Roadster TT (180 ch et 224 ch) et de l'A3 en version 5 portes.
Présentation au salon de Francfort de l'Audi A2 (1.4, 75 ch et 1.4 TDI, 75 ch).


2000 : présentation de l'A6 "Allroad" (V6, 2.7, 250 ch et TDI 180 ch) ; lancement de l'A8, V8 TDI, 225 ch.

2001
- Commercialisation annoncée d'une A8 à moteur V12, 5.6 litres, 420 ch.
- Nouvelle gamme A4 (4 cyl.-2.0-130 ch-1.8 Turbo-150 ch/1.9 TDI-130 ch/V6-3.0-220 ch/V6-2.5 TDI-180 ch)
- A4 Avant (4 cyl.-1.6-101 ch/1.8-125 ch/1.8 Turbo-150 ch/1.9 TDI-90 et 115 ch/V6-2.4-165 ch/V6-2.8-193 ch/V6-2.5 TDI-150 ch)

2002
- A4 Cabriolet (4 cyl.-1.8 Turbo-163 ch/V6-2.4-170 ch et 3.0-220 ch/V6-2.5 TDI-163 ch)
- Allroad (V6-Turbo-2.7-250 ch/V84.2-300 ch)/V6-2.5 TDI-163 et 180 ch)
- RS6/RS6 Avant (V8-4.2-450 ch)

2003
- Nouvelle gamme A3 (4 cyl.-1.6-102 et 115 ch/2.0-150 ch/2.0 Turbo-200 ch/1.9 TDI-105 ch/2.0 TDI-140 ch/V6-3.2-350 ch)
- S4 et S4 Cabrio (V8-4.2-344 ch)

2004
- A3 Sportback (5 portes) idem A3
- Restyalge gamme A4 (4cyl.-1.6-102 ch/2.0-130 ch/1.8 Turbo-163 ch/2.0 Turbo-200 ch/1.9 TDI-116 ch/2.0 TDI-140 ch/V6-3.2-256 ch)/V6-2.5 TDI-163 ch et 3.0 TDI-204 ch)
- Nouvelle A8 (V8-3.7-280 ch et 4.2-335 ch/W12-6.0-450 ch/V8-4.0-TDI-275 ch/V6-3.0 TDI-233 ch)
- Nouvelle gamme A6 (4 cyl.-2.0 TDI-140 ch/V6-2.4-177 ch et 3.2-255 ch/V6-2.7 TDI-180 ch/3.0 TDI-225 ch/V8-4.2-335 ch)


2008

-TTS 272 ch link


2009

- TTRS   340 ch link


Audi et la compétition


                                                                                                                                                                                Né des cendres de l'ancienne Auto Union, Audi peut revendiquer l'héritage sportif de la firme et, à moindre degré, celui des marques du groupe, puis de NSU.


Toutefois, sans vouloir réduire les succès en circuits ou en rallyes des DKW, Horch, NSU et autres Wanderer, les plus belles pages de gloire ont été écrites entre 1934 et 1939 par les monoplaces Auto Union. Leur insolente domination puis leur duel avec les "Flèches d'Argent", les Mercedes, figurent depuis longtemps sous la rubrique "l'Époque des Titans" dans l'histoire du sport automobile.
Conçues par le professeur Ferdinand Porsche, ces monoplaces à moteur arrière V16, puis V12 ont enlevé plus d'une vingtaine de Grands Prix et remporté avec Bernard Rosemeyer le championnat d'Europe en 1936, ce qui correspondrait à l'actuel championnat du monde de F1.


L'époque moderne

Sous l'impulsion de Ferdinand Piech, président du comité directeur technique d'Audi (et ex-directeur du service compétition de Porsche entre 1966 et 1969), la firme d'Ingolstadt se lance en rallyes avec la Quattro.
Entre 1981 et 1986, la Quattro dans ses différentes évolutions va enlever 23 victoires en championnat du monde des rallyes, avec notamment Hannu Mikkola, Michèle Mouton, Stig Blomqvist et Walter Röhrl. Par ailleurs, Audi sera sacrée championne du monde des Rallyes en 1982 et 1984, et permettra à Hannu Mikkola d'enlever la couronne mondiale pilotes en 1983 et à Stig Blomqvist en 1984.
Après les rallyes, Audi se tourne d'abord vers la course de côte de Pike's Peak, aux États-Unis (3 victoires de 1985 à 1987), puis les circuits. En 1987, Audi enlève le championnat américain Transam avec une 200 Quattro, puis finit vice-championne du championnat IMSA en 1988. Toujours en circuit, Audi remporte le championnat d'Allemagne Tourisme en 1990 et 1994, le championnat de France "Super-Tourisme" en 1992-1993 et le championnat italien en 1994. En 1995, Frank Biela est champion du monde de Tourisme sur une Audi 200 et enfin, en 1996, c'est l'apothéose pour Audi avec 7 titres nationaux dans 7 pays. En 1999, Audi se lance dans les courses d'endurance avec le prototype R8 à moteur V8 turbo de 600 ch. Après une année d'apprentissage, Audi réalise le triplé aux 24 Heures du Mans 2000.